Comme Hegel, je pense que l’art est l’Unité du sensible et du spirituel. C’est d’ailleurs ma fascination pour la beauté du monde qui m’a poussé à chercher le meilleur moyen de l’exprimer. Si la technique est indispensable, elle ne peut remplacer une perception spirituelle du monde jusque dans ses aspects les plus invisibles. Le choix d’un trait, d’une ligne, d’une tâche ont une telle importance qu’il impose un geste spontané, inexplicable, intrinsèquement périssable. Il me faut le capter avant que l’étincelle ne s’envole. Si la beauté est une perception personnelle et subjective, le frisson lui est universel.

Oeuvres disponibles sur le site : https://www.saatchiart.com/maryamshamsart

M_edited.jpg

Peintre abstrait dans le courant de la peinture gestuelle, Maryam SHAMS puise son inspiration au cœur des éléments de la nature. Ce sont les mouvements de la nature, le vent, l'eau, les ondes et les vibrations qui l'animent.

Chaque tableau est l'aboutissement d'une recherche de signes répétés inlassablement. Le but est de trouver la sensation émouvante des formes qui révèlent une écriture qui fait écho à une mémoire intime du geste.


Par son chromatisme, Maryam Shams, met en lumière "la couleur" qui devient le sujet de  sa réflexion picturale.

L'artiste émerveillé par la liberté d’expression des « Impressionnistes »,  appartient la lignée des "peintres de lumière" avec une écriture gestuelle et spontanée s'attachant à la fois à la texture et à la consistance de la peinture.

 

Son approche technique nous rappelle le courant de « Action Painting » et la technique du « dripping » d'un Jackson Pollock. Aussi,  par sa profondeur, elle nous fait penser aux artistes de « Colorfilde » tel que Rothko, Robert Motherwell...

La peinture de Maryam SHAMS raconte néanmoins un paysage de matière, un ensemble de signes colorés se détachant d'un fond.

 

Ce que l’on appelle le "hasard", fait naître des formes libres qui atteignent le sublime à travers l’incertitude du geste. Sous sa main et par l'impulsion des mouvements rotatifs donnés à la toile, les couleurs s’organisent en masses colorées telles des cartographies imaginaire. La couleur devient alors, la seule véritable voie, en route vers les" îlots de lumière" dans des espaces méditatifs. 

 

Si en filigrane l’influence Perse est visible dans l’œuvre de Maryam SHAMS, l’artiste veut surtout être un intermédiaire à travers lequel passe un monde pur et invisible.